Bien des dérives de l’Eglise, bien des silences, bien des mystères s’expliquent par cette règle simple de Sodoma : « Tout le monde se tient ». Pourquoi les cardinaux se taisent-ils ? Pourquoi tout le monde ferme-t-il les yeux ? Pourquoi le Pape Benoît XVI, qui était au courant de bien des scandales sexuels, ne les a pas forcément transmis à la justice ? Pourquoi le cardinal Bertone, ruiné par les attaques d’Angelo Sodano, n’a-t-il pas fait sortir les dossiers qu’il avait sur son ennemi ? Parler des autres, c’est prendre le risque qu’on parle de vous. Voilà la clé de l’omerta et du mensonge généralisé de l’Eglise. Au Vatican et à Sodoma, on est comme dans « Fight Club » – et la première règle du « Fight Club » c’est : on n’en parle pas ; personne ne parle du « Fight Club ». (« Sodoma », le livre qui dérange, Le Point, 14/2/2019)


Une Eglise en flammes : Or «on peut compter les évêques n’étant pas impliqués au moins dans des faits de non-dénonciation sur les doigts d’une main, regrette Piero Brogi, membre de l’association de victimes italiennes L’Abuso. Si le pape est plein de bonne volonté, tout est fait derrière lui pour freiner le processus», pense cet activiste résidant aujourd’hui à Paris. A l’ombre des colonnes de la place Saint-Pierre, il explique avoir été violé à l’âge de 9 ans par un prêtre à Rome dans les années 70. Le pape «a les mains liées», ajoute-t-il encore. (Antonino Galofaro, letemps.ch, 24/2/2019)

Retour

Pédophilie dans l’Eglise : « La conséquence de l’inadéquation de la forme actuelle du catholicisme avec nos sociétés » (Cécile Chambraud et Christine Pedotti, Europe Solidaire Sans Frontières, 11/3/2019)

Retour

Les institutions catholiques, quand elles sont tenues par des clercs, ont coutume de se gouverner dans l’obscurité et le trouble. Elles ignorent généralement ce qu’est une gouvernance nette et transparente, et sous un affichage rassurant, les décisions s’y prennent derrière les tentures, permettant toutes sortes de coups bas. C’est sans doute le problème que rencontrent les papes successifs avec la Curie, irréformable parce qu’échappant à la clarté du jour. A tous les échelons et jusqu’à la moindre association ecclésiale, la difficulté est la même : cette passion pour l’opacité, issue de la tradition communautaire – une institution quelle qu’elle soit ne se sauvegarde que par le secret. …Il est clair que l’Eglise n’accomplit pas ce passage de gaieté de cœur, mais au contraire, sous la menace. Il suffit de voir à quel point elle a peiné à se rendre aux injonctions extérieures. Elle aurait surement préféré demeurer drapée dans son obscurité propice à la dissimulation. Mais il s’est produit un bouleversement majeur : les fidèles eux-mêmes ont demandé la levée des secrets. Y compris depuis peu les plus traditionalistes, lesquels ne se rendent pas compte que de ce fait ils défendent l’individualisme qu’ils récusent par ailleurs. … La récente levée du voile sur les affaires de pédophilie, ne représente que la prémisse d’une exigence de transparence et de rigueur qui concerne toute la gouvernance ecclésiale. (Chantal Delsol, 3/7/2019)

Retour

« L’Eglise pendant longtemps a résisté à cette évolution [d'une société de communautés à une société d’individualités] , et d’ailleurs elle y résiste encore en grande partie. Elle se sent, encore, d’obédience communautaire, une institution qui toujours se sauve en jetant sur ses méfaits les voiles des lourds secrets. Mais ce qui vient de se passer – un pape réclamant la vérité à propos des affaires de pédophilie – montre que l’Eglise renonce désormais à repousser l’évolution individualiste. Elle se voit obligée, sous peine de reproches intolérables, de se porter à la défense des individus contre l’institution. Cela est nouveau, inédit. C’est un pas important franchi dans la défense de l’individualisme. L’abandon du secret revient à rejoindre la société moderne, dans laquelle l’individu vaut davantage que la communauté. » (Chantal Delsol, 3/7/2019)

Retour

Autour de Christine Ockrent : Danièle-Hervieu Léger, directrice d’études de l’EHESS, sociologue des religions. Elle a publié Le temps des moines : clôture et hospitalité en 2017 aux PUF. Constance Colonna-Cesari, journaliste et documentariste, spécialiste du Vatican. Elle a publié Dans les secrets de la diplomatie vaticane en 2016 aux éditions du Seuil. Frédéric Martel, écrivain, sociologue il produit le magazine "Soft Power" à France Culture. Il vient de publier Sodoma chez Robert Laffont. Par téléphone depuis Rome, Marco Politi, journaliste spécialiste du Vatican. Il a publié François parmi les loups aux éditions Philippe Rey en 2016. (Les affres du Vatican, France Culture, 13/4/2019)

Retour

Texte complet du motu proprio “Vos estis lux mundi” (Lettre apostolique en forme de motu proprio du souverain pontife François, La Vie, 9/5/2019)

Retour

Des mesures efficaces contre les abus [sexuels] selon le cardinal Ouellet (Cardinal Ouellet, vaticannews, 9/5/2019)

Retour

Abus [sexuels] : de nouvelles normes pour toute l’Église (vaticannews, 9/5/2019)

Retour

Benedict's letter about sex abuse crisis is a regrettable text (Michael Sean Winters, NCR, 11/4/2019)

Retour

La justice de l’Eglise doit-elle s’effacer devant la justice civile ? (Informations et analyses de la vie de l’Eglise, 29/3/2019)

Retour

Une Eglise en flammes : Or «on peut compter les évêques n’étant pas impliqués au moins dans des faits de non-dénonciation sur les doigts d’une main, regrette Piero Brogi, membre de l’association de victimes italiennes L’Abuso. Si le pape est plein de bonne volonté, tout est fait derrière lui pour freiner le processus», pense cet activiste résidant aujourd’hui à Paris. A l’ombre des colonnes de la place Saint-Pierre, il explique avoir été violé à l’âge de 9 ans par un prêtre à Rome dans les années 70. Le pape «a les mains liées», ajoute-t-il encore. (Antonino Galofaro, letemps.ch, 24/2/2019)

Retour

La communication du Vatican en plein bouleversement (Marie Malzac, La Croix, 5/1/2019)

Retour

À la Congrégation pour la doctrine de la foi, une simple « admonestation » pour agression sexuelle (Nicolas Senèze et Robert Mickens, La Croix International, 5/12/2018)

Retour

« Dans les années 1970, la pédophilie était considérée comme une chose tout à fait conforme avec l’homme, et même avec les enfants », a dit le Pape [Benoît XVI] (Pleins feux sur l'Heure juste, 21/12/2010)
Retour

Le scandale des prêtres pédophiles met la communication vaticane à l'épreuve (Audrey Fournier, Le Monde, 2/4/2010)
Retour

« L’un des enjeux qui se joue à travers la crise des prêtres pédophiles, c’est donc l’adaptation du Vatican à la communication moderne. Le Vatican doit moderniser sa communication et son rapport au monde. » (Guillaume de Prémare, Laurent Lemoine, Jean Mercier, "Pédophilie, omerta et crise de confiance" dans Revue d’éthique et de théologie morale, Editions du Cerf, 2010/3)
Retour

Démission du « ministre » de la communication du Vatican (rtbf.be, 21/3/2018)
Retour

Paolo Ruffini, journaliste et laïc, à la tête de la communication du Vatican (Nicolas Senèze, La Croix, 5/7/2018)
Retour

exemple

Contact